Stomies au cours des MICI : des stomathérapeutes pour éviter la dépression ?

Beaucoup de progrès ont été réalisés dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Malgré cela, les interventions chirurgicales sont encore souvent nécessaires et ont un impact sur la vie quotidienne des patients. Les stomies notamment, bien qu’améliorant le bien-être physique, ne sont pas sans conséquences psychologiques.
Une équipe coréenne s’est intéressée à ce retentissement des stomies au cours de la rectocolite hémorragique (RCH) et de la maladie de Crohn, en termes de résilience et de dépression. Au total, 90 malades porteurs de stomie (24 atteints de RCH dont 6 femmes et 66 de maladie de Crohn dont 31 femmes) ont été inclus dans l’étude. La moyenne d’âge était de 53 ans pour les premiers et de 34 ans pour les seconds.  
Le degré de dépression chez ces patients était légèrement supérieur à ce qui est constaté dans la population générale. Cinq (21 %) atteints de RCH et 17 (26 %) de maladie de Crohn avaient une dépression modérée à sévère : la différence entre les deux groupes n’était pas significative.

Une corrélation négative entre dépression et résilience

Dans chaque groupe, les items de dépression « modification d’appétit » et « perte d’énergie » étaient dans les scores les plus élevés, ce qui correspond à ce que JH Hwang et coll. constatent en pratique clinique. Les problèmes liés à l’alimentation, au déséquilibre alimentaire, à une perte de poids étaient fréquents et souvent liés à de la fatigue.
Chez les malades atteints de RCH, les scores moyens de dépression et de résilience n’ont pas semblé corrélés à des caractéristiques générales. En revanche, chez les patients atteints de maladie de Crohn, ils étaient corrélés au statut marital ou économique, aux troubles du sommeil et à la durée de ce dernier. Notons toutefois que les sujets atteints de maladie de Crohn étaient ici plus jeunes et plus souvent en période d’activité professionnelle intense que les premiers.
Au total, ces données révèlent une corrélation négative significative entre dépression et résilience chez les patients atteints MICI et porteurs d’une stomie. Pour les auteurs, cela illustre le rôle essentiel que peuvent tenir auprès des patients les infirmiers stomathérapeutes, en facilitant l’adaptation du patient à sa maladie et à la stomie.

Dr Roseline Péluchon
Hwang J. H. et coll.  Depression and resilience in ulcerative colitis and Crohn's disease patients with ostomy. Int Wound J. 2019 ; 16 (Suppl. 1): 62-70.

Lire aussi :

Partager l'article :