Santé et technologie numérique : les femmes s’engagent !

Environnement - Modes de vie - Société

Partager l'article :

La « toile » est devenue un lieu incontournable de recherche et de production d’informations médicales. La connexion permanente via les tablettes, smartphones ou montres connectées, rend l’information immédiatement disponible en permanence. Certains travaux ont à cet égard mis en évidence que les hommes et les femmes n’avaient pas tout à fait la même utilisation de ces objets connectés. Ainsi, une étude française, comparant l’utilisation d’applications sur le fitness et la nutrition, a montré que les femmes consultaient plutôt des applis de nutrition alors que les hommes se tournaient plus volontiers vers des applis de fitness.
Pour en savoir un peu plus sur la façon dont les femmes utilisent les technologies numériques dans le domaine de la santé, une équipe australienne a réalisé une enquête. Au total, 66 femmes ont été recrutées. Une partie d’entre elles (n=36) vivaient à Canberra et ont participé à des interviews en présentiel ainsi qu’à des focus groups. Les autres (n=30), résidant dans d’autres régions du pays, ont été interrogées par téléphone.

Les moteurs de recherche avant tout

D Lupton et coll. semblent surpris de constater que les dispositifs à la mode ne sont finalement pas les plus prisés par les femmes. En effet, la recherche d’informations médicales se fait encore le plus souvent par l’intermédiaire d’un moteur de recherche (100 % des participantes) et par le tête-à-tête avec le médecin (100 %). Quelque soient leurs caractéristiques démographiques, les participantes étaient très demandeuses d’informations via les sites internet qu’elles peuvent consulter anonymement, qui sont mis à jour régulièrement et qui leur permettent de trouver l’aide de leurs pairs. En revanche, livres, magazines, télévision, etc., ne constituent plus guère des sources de renseignements, exception faite des « brochures » parfois disponibles dans les salles d’attente.
Les applications de santé et de bien-être étaient néanmoins utilisées par plus de la moitié des femmes interrogées et 1 sur 5 avait un bracelet ou une montre connectés.  
Elles y trouvent un moyen rapide de surveiller leur corps, de se motiver et de travailler à leur santé et leur bien-être, avec toutefois un sentiment d’insatisfaction souvent évoqué, concernant la qualité technique ou le design de ces applications. Certaines s’en servent comme rappel pour leur traitement ou la vaccination des enfants, ou encore pour évaluer leur sommeil.
Les réseaux sociaux sont consultés par 1 femme sur 3, Facebook étant le plus souvent mentionné. Les échanges avec les pairs, des conseils pour savoir si un symptôme justifie une consultation médicale sont les avantages mentionnés le plus fréquemment. Certaines participantes ont également déclaré contribuer elles-mêmes à fournir de l’information. C’est le cas notamment de femmes ayant un enfant atteint de maladie chronique. Elles sont toutefois conscientes des limites de ce type de supports comme source d’informations. Peu de femmes, en revanche, utilisent des dispositifs numériques d’aide à la prise en charge de maladies chroniques et 3 participantes seulement ont indiqué regarder des vidéos concernant la santé sur Youtube.
Concernant le recours aux moteurs de recherche, les participantes se sont dit particulièrement attentives à la fiabilité des sites et recherchaient notamment plutôt des sites dénués d’intérêts commerciaux : sites gouvernementaux, associations, etc. Les recherches étaient faites avant de consulter un médecin, pour éviter une consultation ou à la suite d’un diagnostic posé par un médecin.
Au total, les auteurs ont été particulièrement intéressés par le fait que de nombreuses participantes sont très engagées, non seulement dans la recherche d’informations médicales, pour elles et pour leur famille, mais aussi dans l’acquisition d’une sorte d’expertise pour rechercher, évaluer et fournir de l’information. L’étude met aussi en évidence le rôle clé que jouent de nombreuses femmes pour fournir des conseils à leur famille, ou des avis pour les professionnels.

Dr Roseline Péluchon

Lupton D. et coll.  How women use digital technologies for health: qualitative interview and focus group study. J Med Internet Res 2019 ; 21 :e 11481. doi:10.2196/11481