Quel lien unit l’ADN mitochondrial et l’obésité de la femme ?

Quel lien unit l’ADN mitochondrial et l’obésité de la femme ?

L’exploration du rôle de l’ADN mitochondrial (ADNmt) semble receler encore bien des surprises. Les mitochondries contiennent en effet de l’ADN circulaire double-brin, distinct de l’ADN nucléaire, et qui, notamment, encode 13 protéines impliquées dans la phosphorylation oxydative. De récents travaux laissent toutefois entrevoir de plus grandes capacités fonctionnelles de cet ADNmt que ce qui était envisagé initialement. Des liens entre des voies métaboliques mitochondriales et certaines fonctions cellulaires ont ainsi été mis à jour, ou encore des variations du nombre de copies d’ADNmt par rapport au nombre physiologique, notées chez des patients présentant des maladies métaboliques.
Une équipe russo-suisse a ainsi trouvé une corrélation inverse entre l’indice de masse corporelle de patients atteints du syndrome métabolique et leur nombre de copies d’ADNmt dans les cellules de la couche leucocytaire du sang périphérique. Pour étayer leur hypothèse, les auteurs ont recruté 46 patients obèses (11 hommes, 35 femmes) présentant un diabète de type 2, et ont évalué leur nombre de copies d’ARNmt avant une intervention de chirurgie bariatrique (sleeve gastrectomie et bypass Roux-en-Y) et un an après. Les résultats ont été comparés à ceux de patients de poids normal sans diabète (groupe témoin-1) et à ceux de patients obèses sans diabète (groupe témoin-2).

Nombre de copies et dynamique différents chez l’homme et la femme

Alors que le nombre de copies d’ADNmt était inférieur chez les patients en attente d’intervention (et chez le groupe témoin-2) par rapport à celui des sujets du groupe témoin-1, il a ensuite augmenté, pour arriver à égalité avec le groupe témoin-1, un an après la chirurgie. Il apparaît aussi que le nombre de copies d’ADNmt est inversement corrélé au taux de glycémie et d’hémoglobine glyquée, chez tous les patients, mais il est en revanche indépendant du taux d’insuline.
Pour les D Skuratovskaia et coll., cela pourrait indiquer l’existence d’un effet du diabète de type 2 sur le nombre de copies d’ADNmt, chez les patients obèses.
Mais cet effet est dépendant du genre, puisqu’il n’a été observé que chez les femmes participant à l’étude. Pour les hommes, le taux de copies d’ADNmt est relativement stable au fil du temps. Les auteurs restent toutefois prudents quant à l’interprétation de cette différence, le nombre d’hommes inclus dans l’étude étant faible.
De nombreuses inconnues persistent sur le lien unissant le nombre de copies d’ADNmt et l’obésité. Les auteurs n’écartent pas de possibles biais liés à l’intervention de chirurgie bariatrique, comme des modifications hormonales, des phénomènes inflammatoires, ou encore des variations des taux de ghréline.

Dr Roseline Péluchon

Skuratovskaia D. et coll. From normal to obesity and back: the associations between mitochondrial dna copy number, gender, and body mass index. Cells 2019, May 9 ; 8 (5). doi: 10.3390/cells8050430.

Partager l'article :