Psoriasis sous biothérapie: les femmes ont plus d’infections aigües que les hommes

Psoriasis sous biothérapie:  les femmes ont plus d’infections aigües que les hommes
Quels sont les facteurs de risque d’infections aigus chez les patients psoriasiques ? Comment expliquer l’inégalité homme/femme face à ces épisodes infectieux ?

Les épisodes infectieux aigus ne sont pas rares chez les patients atteints de psoriasis et sont en lien avec les traitements immunosuppresseurs. Une équipe italienne a mené une étude pour évaluer la prévalence de ces épisodes et tenter d’identifier des marqueurs susceptibles d’être utilisés pour guider le processus de décision thérapeutique.

Au total 236 patients ont été inclus et suivis pendant 1 an. Les uns (n = 167, 61 femmes et 106 hommes) étaient sous biothérapie, les autres non (n = 69, 27 femmes et 42 hommes). Pendant le suivi, 62 épisodes infectieux aigus ont été observés au total, concernant 46 patients (19,5 %). Il s’agit le plus souvent d’infections respiratoires (39,1 %) et d’infections à virus herpétique, simplex et zoster (21,7 %).

Les données de cette étude confirment que les patients sous biothérapie sont plus susceptibles que les autres de présenter un épisode infectieux aigu. En effet, 53 épisodes sont relevés chez 38 des patients sous biothérapie contre 9 épisodes chez 8 des patients non traités par biothérapie (22,8 % vs 11,6 %). Notons que la gravité de l’infection a nécessité l’interruption du traitement dans seulement 3 observations.

Le risque d’infection aigüe est apparu plus élevé pour les patients dont le score PASI initial est élevé, ceux qui présentent un rhumatisme psoriasique, un plus grand nombre de co-morbidités et sont plus jeunes au moment du diagnostic.
Indépendamment de ces facteurs, il apparaît aussi que les femmes présentent un risque d’épisode aigu infectieux supérieur à celui des hommes. Une exception concerne les hommes tabagiques, dont le risque d’infection est le même que celui des femmes tabagiques, ce qui suggèrerait que le tabac est un facteur de risque d’infection chez les hommes.

Chez les patients sous biothérapie, les données ne montrent pas de risque spécifique en fonction du type de biothérapie. Mais les épisodes infectieux aigus semblent survenir plus précocement avec les inhibiteurs des IL12/23 et Th 7, alors qu’ils sont plutôt signalés sur le long cours avec les anti-TNF-α. Les auteurs précisent que le faible nombre de patients inclus dans ce travail ne permet pas de tirer de conclusion définitive sur ce point, qui devra être confirmé par d’autres travaux. Ils notent aussi qu’aucune réactivation de tuberculose n’a été rapportée dans cette cohorte, et que la présence d’une infection latente par les virus de l’hépatite B et C n’a pas eu d’influence sur la survenue d’un épisode infectieux aigu.

A côté des vaccinations habituellement recommandées, celles contre le virus varicelle-zoster, la grippe, l’haemophilus influenzae de type b et le virus HPV devraient être envisagée chez les patients atteints de psoriasis.


Dr Roseline Péluchon

Di Cesare A. et coll. : Risk of acute infections in psoriatic patients during biologic therapies is linked to gender.   J Eur Acad Dermatol Venereol. 2019,  7 mai (doi: 10.1111/jdv.15658).

Partager l'article :