Mutilations génitales féminines aux Etats-Unis : tristement d’actualité

Spécialités :
Neurologie / Psychiatrie
Mots clefs :
-

L’OMS estime que les mutilations génitales féminines (MGF) pratiquées pour des raisons non médicales affectent 200 millions de fillettes et de femmes dans le monde. Les MGF sont le plus souvent pratiquées en Afrique, au Proche-Orient et en Asie, contre le consentement des victimes et dans le but de réduire le désir sexuel. Les MGF peuvent revêtir des degrés variables : ablation partielle ou totale du clitoris ; ablation des petites ou des grandes lèvres, ou du tout ; suture du vagin ; cautérisation, grattage ou percement de certaines parties génitales. Les conséquences des MGF sont nombreuses outre les complications liées à l’anesthésie ou à la sédation : hémorragies, infections, risques accrus de décès de la mère et de l’enfant lors des grossesses, stress post-traumatique, infections urinaires, absence de plénitude sexuelle… Aussi en avril 2017, l’arrestation de deux médecins de Détroit, dont une responsable adjointe d’un service d’urgences, pour pratique de mutilations génitales féminines a non seulement été une première aux Etats-Unis (en vertu d’une loi de 1996 qui considère la MGF des mineurs comme un crime), mais a fait l’effet d’une bombe. Et la pelote de laine de se dévider à partir du cas d’une fillette de 7 ans et la découverte que de telles pratiques duraient depuis plusieurs années : 100 cas en 12 ans Tous les protagonistes appartiennent à la communauté Dawoodi Bohra, une branche du chiisme basée dans la province du Gujerat, en Inde. Par la voix de son avocat, la praticienne principale accusée soutient qu’elle n’a fait rien d’illégal car il ne s’agissait pas de MGF, mais du simple grattage d’une membrane muqueuse dans le cadre d’une pratique religieuse de sa communauté. Des déclarations contredites par l’examen médico-légal des petites victimes qui fait état d’hémorragies, de difficultés à la marche et d’absence des organes génitaux.

Un demi-million de femmes et fillettes à risques de mutilations génitales aux Etats-Unis

Et la communauté médicale américaine de s’interroger sur la fréquence de la MGF dans le pays, sur la façon de répertorier les dégâts anatomiques et sur la meilleure réponse à y apporter. Publiée en 2016 et s’appuyant sur des données de 2012, une étude du Centers for Disease Control and Prevention estimait que 513 000 femmes et fillettes vivant aux Etats-Unis étaient à risque de MGF, soit trois fois plus qu’en 1990. Ce nombre grandissant tiendrait à l’immigration de ressortissants de pays dans lesquels la MGF est pratiquée. Jaha Dukureh, une résidente d’Atlanta victime de MGF dans son pays natal - la Gambie - a lancé une pétition sur Change.org afin de lever des fonds pour recenser le nombre de femmes et fillettes à risques aux Etats-Unis, et aussi le nombre de celles qui ont déjà été victimes de MGF. Elle a également créé, en 2013, une fondation pour leur venir en aide, Safe Hands for Girls, qui a déjà aidé 500 victimes. Tasneem Raja, membre de la communauté Bohra, victime de MGF dans le New Jersey en 1980, dit connaître des douzaines de femmes Bohra qui ont été excisées aux Etats-Unis au cours des 30 dernières années et bien d’autres emmenées dans leur pays d’origine pour y être excisées. Les médecins concernés ont été démis de leurs fonctions et emprisonnés. De plus, ayant pratiqué des MGF sur leurs propres enfants, ils risquent, ainsi que leurs conjoints, en tant que parents ayant autorisé la pratique de MGF sur leurs filles, de devoir faire face à des charges de complicité et de se voir retirer (mais un peu tard) la garde de leurs enfants. De même, les parents des autres fillettes mutilées pourraient perdre la garde de celles-ci.

Qu’en est-il en France ?

Dr Bernard-Alex GaüzèreHuffman A. Emergency physician arrest raises questions about female genital mutilation in United States. Ann Emerg Med 2017 ; 70 : 20A–22A.

Les recommandations et consignes de l’OMS en matière de complications des MGF peuvent être consultées en ligne sur : http://who.int/reproductivehealth/topics/fgm/management-health-complications-fgm/en/.