Sexe, microbiote et risque cardio-vasculaire : de nombreuses incertitudes persistent

Sexe, microbiote et risque cardio-vasculaire : de nombreuses incertitudes persistent
Le rôle du microbiote intestinal dans les pathologies cardio-vasculaires a récemment été démontré. Comment peut-il influencer les déterminants biologiques des pathologies cardiovasculaires de façon spécifique selon le sexe ?

Des différences importantes ont été identifiées dans l’épidémiologie et la physiopathologie des facteurs de risque cardio-vasculaire entre hommes et femmes. Le risque de troubles de la régulation glycémique, de dyslipidémie, d’hypertension et d’obésité est différent selon le sexe. Le rôle du microbiote intestinal dans les pathologies cardio-vasculaires et son influence sur les paramètres métaboliques a été récemment mis en avant.
Le microbiote intestinal joue un rôle de filtre pour l’alimentation ; il participe à l’absorption et à la transformation des composants alimentaires, produisant des métabolites actifs qui, ensuite, intègrent la circulation générale à partir du système porte, influençant la physiologie humaine. Il se pourrait donc qu’il soit aussi un élément-clé à l’origine des différences observées, selon le sexe, dans la survenue et la progression des pathologies cardio-vasculaires. Une équipe états-unienne a fait le point sur les travaux publiés sur le sujet.

Peu de données chez les adultes

Il apparaît que, si beaucoup d’études ont été consacrées à la composition du microbiote de l’enfant, nous disposons en revanche de peu de travaux sur les différences entre hommes et femmes en matière de microbiote intestinal. De la même façon, l’évolution du microbiote chez l’adulte a été peu explorée, notamment les modifications selon les cycles hormonaux physiologiques et les moments « critiques » du point de vue hormonal, comme la puberté et la ménopause. Des données solides suggèrent toutefois que certains métabolites dépendants du microbiote intestinal interviennent dans des processus métaboliques sous contrôle des hormones sexuelles. Ces mécanismes, impliquant notamment le récepteur Toll-like, pourraient constituer une interface entre le microbiote et les pathologies cardio-vasculaires.
Il reste toutefois que d’autres travaux sont nécessaires pour déterminer comment le microbiote intestinal peut initier ou influencer les déterminants biologiques des pathologies cardio-vasculaires, de façon spécifique selon le sexe.

Dr Roseline Péluchon

Razavi A.C. et coll. Sex, gut microbiome, and cardiovascular disease risk. Biol Sex Differ 2019 ; 10 : 29.

Partager l'article :