Lombalgie aiguë de la femme âgée : traquer la fracture occulte

Spécialités :
Rhumatologie
Mots clefs :
-

Nul besoin de notion de chute ou de traumatisme pour évoquer une fracture vertébrale devant une lombalgie aiguë chez une femme âgée. La fracture peut toutefois être occulte, non visible à la première radiographie. La prévalence de ces fractures occultes chez les personnes âgées est imparfaitement définie, estimée entre 6,5 et 14,1 % selon des études rétrospectives.

Une étude prospective, réalisée au Japon, apporte quelques précisions sur cette prévalence. Au total 51 patientes, âgées de plus de 70 ans, ont été incluses, consultant pour une lombalgie aiguë. Toutes ont bénéficié d’une radiographie du rachis, d’un IRM et d’une densitométrie osseuse. Une fracture vertébrale était présente à l’IRM dans 76,5 % des cas (39 sur 51). Il s’agissaitt le plus souvent d’une fracture de L1. Une fois sur 3, la fracture n’était pas visible à la radiographie (fracture occulte) et dans plus de 1 cas sur 2, il n’y avait pas d’antécédent de traumatisme ou de port de charge lourde. Au total, 24 femmes avaient une densitométrie osseuse évocatrice d’ostéoporose et, parmi elles, 21 présentaient une fracture vertébrale (87,5 %), occulte dans 6 cas.

L’IRM au secours de la radiographie

La radiographie simple n’apparaît donc pas comme très performante pour éliminer une fracture osseuse chez les patientes de plus de 70 ans consultant pour une lombalgie aiguë, avec ou sans notion de traumatisme. Avec une valeur prédictive positive de 86,7 % et une valeur prédictive négative de 32,1 %, les auteurs ont estimé la précision diagnostique de l’examen radiologique à 56,7 %. La sensibilité était de 51,3 %, la spécificité de 75 %, avec 48,7 % de faux négatifs et 25 % de faux positifs. A Terakado et coll. incitent donc les praticiens à la prudence devant une lombalgie aiguë chez une femme de plus de 70 ans, surtout en cas d’ostéoporose et même sans notion de traumatisme. Une radiographie normale ne peut éliminer la fracture vertébrale et, dans ce cas, la prudence semble inciter à « facilement » demander une IRM.

Dr Roseline Péluchon

Terakado A. et coll. A Clinical Prospective Observational Cohort Study on
the Prevalence and Primary Diagnostic Accuracy of
Occult Vertebral Fractures in Aged Women with Acute Lower Back Pain Using Magnetic Resonance Imaging. Pain Res Manag 2017 : 9265259. doi: 10.1155/2017/9265259. Publication avancée en ligne.