Les femmes en général plus satisfaites de leur vie que les hommes

Les femmes en général plus satisfaites de leur vie que les hommes

La relation entre le genre et la satisfaction de vivre a déjà fait l’objet d’études épidémiologiques qui ont abouti à des résultats discordants. Les unes ont suggéré que les femmes éprouvaient plus de satisfaction à vivre, d’autres ont conclu à l’inverse et d’autres encore à l’absence de différence significative liée au sexe. Ces divergences s’expliquent, en partie, par la multiplicité des facteurs de confusion, qu’il s’agisse du contexte national, des variables démographiques ou encore du statut tant socio-économique que culturel. Dans la plupart des pays à haut revenu, les femmes mariées d’un certain âge et d’un haut niveau d’éducation éprouveraient plus de satisfaction de vivre que les hommes, mais cette notion est loin d’être confirmée, le rôle de l’âge et du genre restant soumis à controverses.
D’où l’intérêt d’une grande étude transversale dans laquelle ont été inclus 1 801 417 participants provenant de 166 pays. Il s’agit d’une première par l’ampleur des données, collectées entre 2005 et 2017 et traitées au moyen d’un outil statistique puissant, en l’occurrence la modélisation à niveaux multiples prenant notamment en compte six variables démographiques : âge, région, statut marital, emploi, niveau éducatif et revenus.

Des résultats provenant de 166 pays

Des différences significatives liées au genre ont été mises en évidence, même si leur amplitude était modeste. Dans l’ensemble, les femmes étaient un peu plus satisfaites de leur vie que les hommes, quels que soient le niveau éducatif, l’emploi ou les revenus. Les différences ont été moins uniformes pour ce qui est de l’âge et des régions. Les hommes avaient, eux, des scores de satisfaction plus élevés que ceux des femmes seulement après 63 ans et en Afrique sub-saharienne.
Globalement, les conditions de vie des femmes sont objectivement moins favorables que celles des hommes : malgré cela, la satisfaction de vivre est significativement plus élevée chez ces dernières dans plupart des sous-groupes comparés. Ces résultats devraient inciter à poursuivre les recherches actuelles, tout en permettant d’identifier les sujets les plus vulnérables dans le souci d’optimiser globalement le bien-être au féminin.

Dr Philippe Tellier

Joshanloo M et coll. The relationship between gender and life satisfaction: analysis across demographic groups and global regions. Arch Womens Ment Health 2019. P²ublication avancée en ligne le 4 septembre. doi: 10.1007/s00737-019-00998-w.

Partager l'article :