Les femmes âgées ressentent plus la fatigabilité que les hommes

Les femmes âgées ressentent plus la fatigabilité que les hommes

La fatigabilité, sans trop de surprise, augmente avec l’âge, mais est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Peu de travaux ont été consacrés jusqu’à présent à la fatigabilité, son épidémiologie et ses liens avec des particularités démographiques ou de style de vie, ou son association avec l’état de santé ou les fonctions cognitives et physiques. Certains travaux ont établi qu’un ralentissement de la marche, une baisse des capacités physiques ou encore la présence d’un autre marqueur reconnu du vieillissement étaient associés à une fatigabilité plus importante chez les personnes âgées. La fatigabilité physique et psychologique est aussi un facteur prédictif de déclin chez les personnes âgées.

L’analyse transversale d’une cohorte constituée par 2 générations de familles ayant une longévité exceptionnelle a été réalisée. Elle incluait plus de 2900 personnes, âgées de 60 à 108 ans, dont près de 55 % de femmes. L’objectif était de mesurer la prévalence d’une sensation accrue de fatigabilité, par âge et sexe, et de rechercher des facteurs de risque en rapport avec cette augmentation. La perception de fatigabilité était mesurée par l’échelle de fatigabilité de Pittsburgh, questionnaire en 10 items. Notons que les personnes ayant participé à cette enquête ont généralement un niveau d’études supérieur, sont en bonne santé (pour 94 % d’entre elles) mais en surpoids (IMC moyen 27,4) et que seulement 4 % d’entre elles sont fumeurs.

Une sensation de fatigabilité pour 90 % des sujets de plus de 90 ans

Les auteurs avaient émis l’hypothèse que la fatigabilité physique ressentie augmente avec l’âge et est plus marquée chez les femmes. Les données confirment cette hypothèse. Bien que les personnes composant cette cohorte soient plutôt en bonne santé et que certaines d’entre elles aient une longévité exceptionnelle, la perception de fatigabilité est très fréquente, relatée par 42 % de l’ensemble de la cohorte. Elle va de 28 % dans le groupe des 60-69 ans à près de 90 % pour ceux âgés de 90 à 108 ans.

Concernant l’hypothèse d’une prévalence plus élevée de la fatigabilité chez les femmes, elle se confirme aussi. La différence la plus marquée se retrouve chez les 80-89 ans, classe d’âge dans laquelle une sensation de fatigabilité est rapportée par 74,8 % des femmes et 53,5 % des hommes. Cette différence n’est pas parfaitement expliquée (facteurs hormonaux, stress, facteurs sociaux...). Notons que, quand l’âge avance, les femmes ont plus souvent que les hommes des problèmes d’invalidité et cette inégalité, associée au fait qu’elles vivent plus longtemps, peut expliquer cette différence.

Les personnes dont l’IMC est le plus élevé, ou dont les fonctions physiques ou cognitives sont perturbées, et celles dont l’activité physique est faible, ont une perception plus importante de la fatigabilité. D’autres travaux, prospectifs, devront déterminer si la sensation de fatigabilité est une cause ou une conséquence du déclin des fonctions physiques.

Dr Roseline Péluchon

LaSorda KR. et coll. : Epidemiology of Perceived Physical Fatigability in Older Adults: The Long Life Family Study.J Gerontolol J Biol Sci Med Sci. 2019, pii: glz288. doi: 10.1093/gerona/glz288.

Lire aussi :

Partager l'article :