La discrimination quotidienne chez la femme d’âge moyen : facteur de risque d’HTA ?

Aux Etats-Unis, l’hypertension artérielle (HTA) est un facteur de risque cardiovasculaire majeur, à l’origine d’un décès sur cinq chez la femme. Toutefois, sa prévalence varie considérablement d’une race ou d’une ethnie à l’autre pour atteindre, par exemple 42,9 % chez la femme noire, soit le double de la proportion chez la femme blanche (21,9 %) ou asiatique (20,2 %).
Parmi les déterminants de l’élévation de la pression artérielle (PA) et de l’HTA, le stress psychosocial via les interactions entre les individus est loin d’être innocent, a fortiori quand elles sont discriminatoires, quotidiennes et guidées par le phénotype, en l’occurrence l’appartenance à un groupe racial ou ethnique déterminé. Ce type de discrimination aurait des effets néfastes sur la santé, notamment par le biais d’une augmentation du risque cardiovasculaire. Cependant, ces notions dérivent le plus souvent d’études transversales et les relations entre la discrimination en question et la PA de repos apparaissent faibles et variables d’une étude à l’autre. Les mêmes remarques peuvent s’appliquer au moins en partie aux surcharges pondérales et à l’adiposité qui sont des facteurs de confusion potentiels dans les interactions précédemment évoquées, encore que les études prospectives soient ici plus nombreuses : elles suggèrent que la discrimination quotidienne peut être à l’origine d’une prise de poids progressive et insidieuse et davantage dans le sexe féminin.

SWAN pour faire la part des choses

Une étude de cohorte longitudinale a utilisé les données de SWAN (Study of Women’s Health Across the Nation) pour faire la part des choses. Cette dernière, qui a inclus plus de 3 100 femmes de races et d’ethnies diverses, s’était fixé un objectif principal : préciser les modifications biologiques et psychosociales qui accompagnent la transition ménopausique. Le rôle de la discrimination quotidienne (élevée versus faible) a été plus spécifiquement étudié basale parmi les facteurs favorisant l’élévation de la PA, chez 2 180 participantes, en tenant compte de la race ou de l’ethnie, mais aussi des indices d’adiposité. Au cours du suivi, qui a atteint une dizaine d’années, la PA a été mesurée chaque année, de façon à détecter les cas d’HTA définie par une PAS ≥140 mmHg ou une PAD ≥90 mmHg, mais aussi par la notion de traitement antihypertenseur qui été apportée par les participantes. Par ailleurs, c’est la méthode du bootstrap (rééchantillonnage) qui a été utilisée pour évaluer les fluctuations annuelles des variables reflétant l’adiposité globale et centrale (IMC et tour de taille) en tant que médiateurs potentiels des variations tensionnelles.
Le traitement des données a ainsi révélé que l’exposition à une discrimination quotidienne était prédictive de l’augmentation de la PAS et de la PAD, même après ajustement en fonction des facteurs de risque médicaux et des variables tant démographiques que comportementales. Cependant, ces variations de la PA ont été expliquées par l’augmentation du tour de taille et de l’IMC, ces deux variables étant traitées séparément. Les différences ethniques/raciales n’ont en rien affecté les associations précédentes et n’ont pas permis de prédire le risque d’HTA.
Les résultats de cette étude étatsunienne suggèrent ainsi que, chez la femme, la discrimination quotidienne peut contribuer à l’augmentation de la PA au fil du temps, en grande partie au travers d’une majoration de l’adiposité. La complexité des liens entre risque cardiovasculaire et discrimination est ici illustrée et il apparaît important de les explorer en prenant en compte tous les circuits biocomportementaux qui peuvent interagir en tant que médiateurs potentiels.

Dr Philippe Tellier

Moody DLB et coll. Everyday discrimination prospectively predicts blood pressure across 10 years in racially/ethnically diverse midlife women: Study of Women's Health Across the Nation. Ann Behav Med 2018. Publication avancée en ligne le 21 septembre. doi: 10.1093/abm/kay069

Lire aussi :

15/4/2019
Source

Partager l'article :