Insuffisance cardiaque aiguë : la FEVG n’a pas la même valeur pronostique selon le sexe

Spécialités :
Cardiovasculaire
Mots clefs :
-

Environ 50 % de tous les patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque (IC) sont des femmes ; elles ont davantage tendance que les hommes à avoir une fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) préservée, situation accréditée d’un meilleur pronostic que l’insuffisance cardiaque à FEVG altérée. Il apparaît cependant que les femmes hospitalisées pour insuffisance cardiaque ont un pronostic comparable à celui des hommes.

Il faut cependant avouer que l’on dispose de très peu de données portant sur l’éventuelle relation qui pourrait exister entre, d’une part le genre et la fonction systolique ventriculaire gauche et, d’autre part, le devenir des patients surtout dans le cadre de l’insuffisance cardiaque aiguë.

C’est notamment ce qui a poussé K Kajimoto et coll. à tenter d’évaluer les différences de FEVG en fonction du genre et le pronostic de patients hospitalisés pour une décompensation cardiaque aiguë.

Sur les 4 842 malades inclus dans le registre japonais de l’insuffisance cardiaque aiguë, 4 231 (hommes : 2 461 ; femmes : 1 770) étaient vivants à leur sortie de l’hôpital. Le critère composite principal comprenait les décès de toute cause et les ré-hospitalisations pour IC. Les patients des deux sexes ont été divisés en 5 groupes en fonction de leur FEVG à la sortie de l’hôpital (<30 %, 30 % à <40 %, 40 % à <50 %, 50 % à <60 % et ≥60 %).

Lors d’un suivi moyen de 523 jours, l’incidence du critère principal n’a pas différé entre les hommes et les femmes (36,5 % vs 38,1 % ; p=0,291). Après ajustements pour de nombreuses comorbidités, les patients de sexe masculin dont la FEVG était <30 %, de 30 % à <40 %, de 40 % à <50 % ou de 50 % à <60 % étaient exposés à un risque significativement plus élevé de décéder ou d’être réhospitalisés que les patients dont la FEVG était ≥60 %, ce qui traduit l’existence d’une relation inverse entre la FEVG et un pronostic défavorable. Par contraste, le risque ajusté de survenue du critère principal était semblable chez les patientes pour les cinq groupes de valeur de la FEVG.

En conclusion, cette étude montre que, chez les patients hospitalisés pour une insuffisance cardiaque aiguë : 1/la fréquence des événements adverses après la sortie de l’hôpital ne diffère pas entre les hommes et les femmes ; 2/cependant, l’association entre la valeur de la FEVG et le pronostic diffère nettement chez les hommes et les femmes : ainsi, chez les hommes, la valeur de la FEVG à la sortie de l’hôpital apparaît être un critère prédictif significatif de la survenue ultérieure d’un décès de toute cause ou d’une ré-hospitalisation pour insuffisance cardiaque et de la mortalité cardiovasculaire ; tandis que, chez les femmes, la valeur de la FEVG à la sortie de l’hôpital n’a pas de valeur prédictive significative quant à la survenue ultérieure d’événements indésirables.

Dr Robert Haïat

Kajimoto K et coll.  Gender Differences in Left Ventricular Ejection Fraction and Outcomes Among Patients Hospitalized for Acute Decompensated HeartFailure. Am J Cardiol 2017 ;119 : 1623-1630.