Hémorragie intra-cérébrale : des différences en fonction du sexe ?

Hémorragie intra-cérébrale : des différences en fonction du sexe ?

Les variations des caractéristiques de l'hémorragie intra-cérébrale (HIC) en fonction du sexe ont jusqu'à présent suscité peu de travaux, lesquels sont de surcroît peu concluants. Une équipe espagnole a réalisé une étude dont l'objectif était d'analyser les éventuelles différences entre les sexes dans les manifestations d'une HIC. Il s'agit d'une étude prospective menée sur 11 ans, de 2005 à 2015. Au total, 515 malades (245 femmes et 270 hommes) victimes d'une HIC primaire spontanée ont été inclus. Les femmes étaient plus âgées que les hommes (81 vs 75 ans, p < 0,0001). Davantage d'hommes étaient fumeurs (23,3 % vs 4,2 % , p < 0,0001), consommateurs d'alcool (16,5% vs 1,3 %, p < 0,0001), avaient plus souvent une artériopathie périphérique (7,1 % vs 3 % p = 0,043) et une cardiopathie ischémique (12,3 vs 1,3, p < 0,0001). La sévérité de l'HIC ainsi que le volume de l'hématome étaient similaires pour les deux sexes. Le score NIHSS (National Institute of Health Stroke Score) après ajustement pour l'âge n'était pas plus élevé chez les femmes que chez les hommes (p = 0,456). Après ajustement pour l'âge, la localisation de l'HIC était plus fréquemment lobaire chez les femmes que chez les hommes (Odds Ratio [OR] = 1,75, intervalle de confiance à 95 % [IC95 %] 1,18-2,58).

Mêmes mortalité et handicap fonctionnel

L'hypertension artérielle était l'étiologie la plus fréquente, sans différence entre les sexes. Il n'y avait pas non plus de différence en termes d'intervalle entre le début des symptômes et l'admission hospitalière, ni en termes de mortalité aiguë (44,1 % vs 41,1 %, p = 0,005) ou à 3 mois. Au total, 44 malades ont été traités chirurgicalement, sans différences entre les sexes. Pas de différence non plus, après ajustement pour l'âge, en ce qui concerne l’orientation post-hospitalière (service de réadaptation ou retour à domicile). De même l’état fonctionnel post HIC était similaire. Ainsi, si l’on constate certaines dissimilitudes en termes de démographie, localisation de l'hématome et facteurs de risque, la mortalité ou le handicap fonctionnel après une HIC ne diffèrent guère en fonction du sexe des malades. Le caractère prospectif de ce travail fait sa force. Cependant, son caractère monocentrique peut susciter quelques précautions pour admettre ses résultats. Dr Juliette Lasoudris Laloux Roquer J et coll. : Sex-related differences in primary intracerebral hemorrhage. Neurology, 2016 ; 87 : 3 257-262.

Lire aussi :

29/5/2018
Source

Partager l'article :