E-cigarette : Je papote, tu crapotes, elle vapote

Spécialités :
Addictions
Mots clefs :
-

Vous saviez qu’avec 6 millions de décès annuels dans le monde, dont 78 000 en France, le tabagisme était la principale cause évitable de décès en 2016. Mais vous ignorez peut-être que la France est le pays de l’Union européenne dans lequel l’e-cigarette est le plus largement utilisé, que plus d’un demi-million de fumeuses et de fumeurs hexagonaux ont arrêté de fumer du tabac grâce à elle et que plus de 90 % des Françaises et des Français fumeurs ont essayé l’e-cigarette ?

Aujourd’hui, malgré quelques incertitudes, les experts affirment que les e-cigarettes sont beaucoup moins nocives que les cigarettes, car contrairement à la fumée de tabac, elles n’entretiennent pas de combustion et ne libèrent pas de monoxyde de carbone et très peu de particules fines solides ou de carcinogènes. Le passage du tabac à l’e-cigarette réduit donc les risques sur la santé et, clairement, son utilisation peut être suggérée aux fumeuses qui ne souhaitent pas arrêter ou qui sont incapables d’arrêter ou de réduire leur tabagisme avec les traitements et les interventions classiques. Afin de dissiper toutes les volutes de fumée, en 2014, un groupe d’experts français a proposé aux professionnels de santé français 42 recommandations sur l’e-cigarette, fondées sur les études publiées (1). L’une des recommandations était de revisiter deux ans plus tard l’ensemble des recommandations, ce qui vient d’être fait, avec la moitié des recommandations 2014 inchangées et l’autre moitié modifiée. Certaines recommandations sont spécifiques pour les femmes. Vont-elles faire un tabac ?

Réduire les dégâts en favorisant le passage du tabac à l’e-cigarette

L’adolescente fumeuse quotidienne avec dépendance au tabac doit être encouragée à arrêter de fumer en utilisant, si nécessaire, les substituts nicotiniques, et découragée d’essayer l’e-cigarette. Néanmoins, son choix d’arrêter de fumer du tabac à l’aide de l’e-cigarette doit être accompagné. Bien qu’en France, les substituts nicotiniques soient autorisés pour la femme enceinte et que celle-ci doit arrêter de fumer et, si possible, ne pas utiliser la nicotine durant la grossesse, les substituts nicotiniques doivent lui être prescrits comme premier choix, si elle ne peut pas arrêter de fumer seule. La femme enceinte fumeuse qui veut remplacer le tabac par l’e-cigarette, ne doit pas être découragée car l’e-cigarette n’a pas la toxicité du monoxyde de carbone, responsable de la toxicité sur la croissance fœtale. La vapoteuse qui apprend qu’elle est enceinte, doit être rassurée sur l’utilisation de l’e-cigarette, en l’absence de tout risque connu. Mais le mieux est de ne rien utiliser durant la grossesse. En revanche, il persiste des interrogations sur le risque de pollution intérieure de l’e-cigarette, en raison de la diffusion de la nicotine et d’autres substances.

L’e-cigarette, mode d’emploi

Tout d’abord il faut choisir une e-cigarette de qualité et d’utilisation facile afin d’obtenir une satisfaction optimale qui contribue ainsi à augmenter les chances d’arrêt du tabac. Puis choisir un e-liquide offrant une sensation oro-pharyngée optimale afin de fournir un maximum de satisfaction dès les premières secondes. Ensuite, adapter la durée et le nombre de bouffées nécessaires de façon à obtenir, à chaque instant, un apport de nicotine suffisant à la satisfaction des récepteurs nicotiniques cérébraux, afin d’éviter les effets désagréables du sevrage nicotinique. Bien que l’objectif principal soit l’arrêt total du tabagisme, ce n’est seulement que quelques mois plus tard, que l’arrêt de l’e-cigarette contenant de la nicotine sera envisagé, comme cela est recommandé avec la nicotine des substituts nicotiniques médicamenteux.

Clopin-clopant, gare à la rechute

A ce sujet, le rapport est lucide et limpide, vis-à-vis de l’herbe à Nicot. Après l’arrêt total de consommation de nicotine, si le risque de rechute vers le tabagisme est faible, il vaut mieux, sur le plan médical, arrêter l’utilisation des e-cigarettes plutôt que de continuer une e-cigarette sans nicotine. Après l’arrêt du tabac et de toute utilisation des e-cigarettes, il y aura toujours un risque à vie de rechute du tabagisme ou du vapotage chez les ex-fumeuses. En cas de besoin urgent de fumer, il est toujours préférable d’utiliser un substitut nicotinique ou l’e-cigarette que de reprendre le tabac. Une ex-fumeuse sans aucune envie urgente de fumer du tabac doit éviter les e-cigarettes contenant de la nicotine, même une fois, car cette prise est susceptible de provoquer une rechute du tabagisme.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Dautzenberg B et coll. Practical guidelines on e-cigarettes for practitioners and others health professionals. A French 2016 expert's statement. Rev Mal Respir. 2017Feb 9. pii: S0761-8425(17)30022-0.doi: 10.1016/j.rmr.2017.01.001.Publication avancée en ligne. 1) Dautzenberg B et coll. Adaptation de la prise en charge de l’arrêt du tabac avec l’arrivée de l’e-cigarette. Avis d’experts de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT) 2014 Rev Mal Respir 2014 ; 31 : 641-645.