Diana web : les auto-mesures anthropométriques sont validées

Diana web : les auto-mesures anthropométriques sont validées
Diana web a pour but de démontrer le lien entre mode de vie et survie des femmes atteintes d’un cancer du sein. Dans cette étude où les participantes renseignent leurs mesures anthropométriques, peut-on conclure à la fiabilité des résultats ?

Diana web est une étude clinique menée en Italie. Son objectif est de vérifier l'hypothèse selon laquelle un mode de vie "favorable" peut réduire le risque de rechutes et améliorer la survie des femmes atteintes d’un cancer du sein. Cette étude s'appuie sur un site web interactif, alliant recueil d’informations et diffusion de documents utiles sur le mode de vie, l’alimentation, l’activité physique, etc., après un cancer du sein.  Les femmes volontaires pour participer à l’étude sont invitées à renseigner en ligne leurs données anthropométriques, leurs antécédents, leurs habitudes alimentaires et leur activité physique et les résultats de leurs analyses sanguines.
La question se pose toutefois de la fiabilité des auto-mesures rapportées en ligne. Certains travaux ont en effet montré qu’elles n’étaient pas toujours conformes à la réalité, les patients ayant tendance à surestimer leur taille et sous-estimer leur poids et leur tour de taille. L’équipe à l’origine du projet Diana web a donc évalué la validité des auto-mesures sur 200 femmes parmi les 1000 participantes à l’étude.
Des instructions détaillées étaient fournies pour réaliser les auto-mesures de la taille, du poids, de l’indice de masse corporelle, du tour de taille et de la pression artérielle. Une consultation était programmée dans les 2 semaines suivantes et les données vérifiées par un investigateur. Les résultats des 2 séries de mesures étaient ensuite comparés. Les auto-mesures étaient considérées comme valables quand l’écart avec les mesures constatées au cours de la consultation n’excédait pas 10 %.

Il apparaît que les participantes à l’étude indiquent leur taille, poids et indice de masse corporelle avec exactitude. En revanche, et de façon inattendue, elles ont tendance à surestimer leur tour de taille, supérieure en moyenne de 3 cm par rapport à la réalité. La pression artérielle est au contraire sous-estimée par près de 6 participantes sur 10. L’analyse plus fine des données montre que seul l’âge semble être associé à ces erreurs de mesure du tour de taille et de la pression artérielle.
Les auteurs se félicitent de cette fiabilité des auto-mesures, qui est souvent remise en question dans les travaux de ce type. Pour améliorer encore le recueil des données, ils envisagent toutefois la diffusion d’instructions par vidéos, voire par l’intermédiaire d’une application.


Dr Roseline Péluchon


Villarini M. et coll. : Validation of self-reported anthropometric measures and body mass index in a sub-cohort of the DianaWeb population study. Clinical Breast Cancer (2019), publication avancée en ligne.

Partager l'article :