Diagnostic du cancer de la vessie : une inégalité de genre

Diagnostic du cancer de la vessie : une inégalité de genre
Une approche alternative se développe pour le diagnostic du cancer de la vessie grâce à la recherche de marqueurs d'hyperméthylation de l'ADN dans les urines. Quid de l'inégalité des genres dans ce nouveau test ?

Le diagnostic de cancer de la vessie se fait actuellement par cytologie urinaire, cystoscopie et biopsie. Toutefois, la cytologie est un examen de faible sensibilité, particulièrement pour les tumeurs de bas grade. La cystoscopie quant à elle est un examen invasif, cause d’urétrorragies et de dysurie, particulièrement chez les hommes.
Une approche alternative se développe pour le diagnostic de cancer urothélial de la vessie. Il s’agit de la recherche dans les urines de marqueurs d’hyperméthylation de l’ADN. Ces tests sont fondés sur des altérations connues de la méthylation de l’ADN dans les cellules cancéreuses.
Une équipe allemande publie les résultats d’une étude destinée à identifier de nouveaux biomarqueurs urinaires d’hyperméthylation pour détecter des cancers urothéliaux de la vessie, indépendamment du stade, du grade et de la présence ou non d’une hématurie.
L’étude incluait 353 patients atteints de cancer urothélial de la vessie et 288 témoins. L’analyse des données montre une sensibilité du test de 81,3 % et une spécificité de 95 %.

Un test moins sensible chez la femme

Mais l’étude fournit une autre information, et pas des moindres. Il apparaît en effet que la fiabilité du test diminue quand le taux de leucocyturie atteint ou dépasse 500/μl, taux qui est trouvé chez 30 % des femmes et chez seulement 7 % des hommes. Cela signifierait que la plus forte prévalence de leucocytes et autres cellules épithéliales non cancéreuses dans les urines des femmes rend probablement le test d’hyperméthylation nettement moins fiable chez ces dernières.
Les auteurs vont jusqu’à conclure que ce test offre l’opportunité de réduire le nombre de cystoscopies invasives chez les hommes, mais pas chez les femmes.

Dr Roseline Péluchon

Köhler CU et coll. Non-invasive diagnosis of urothelial cancer in urine using DNA hypermethylation signatures – Gender matters. Int J Cancer 2019. Publication avancée en ligne le 22 avril. doi: 10.1002/ijc.32356.

Lire aussi :

Partager l'article :