De la concordance des genres entre patient et médecin

Hépatologie - Gastro-entérologie

Partager l'article :

La concordance ou la non concordance des genres entre médecin et patient peut-elle avoir un impact sur les taux de survie dans les suites d’un syndrome coronarien aigu, notamment d’un infarctus du myocarde (IDM) ? Cette question semble trouver une confirmation dans une étude rétrospective qui a porté sur le recensement des « crises cardiaques » ayant motivé une admission en urgence dans les hôpitaux de Floride entre 1991 et 2010, soit pendant 19 ans. Cette énorme quantité de données a fait l’objet d’un traitement sophistiqué incluant plusieurs modèles mathématiques qui ont intégré, notamment, la concordance des genres entre patient et médecin, l’ancienneté et l’expérience des praticiens, les comorbidités tout autant que la survie après l’IDM. Un ajustement a par ailleurs été réalisé selon les nombreux facteurs de confusion potentiels incluant l’âge ou l’ethnie. Les résultats ont été calculés pour toute la cohorte, puis en procédant à un appariement selon les facteurs précédents pour obtenir le maximum de précision.

Un impact sur la mortalité par crise cardiaque chez la femme

De cette approche très chiffrée, il ressort que la mortalité à long terme est plus élevée chez les femmes qui ont été prises en charge par des hommes médecins. En revanche, une telle constatation n’a pas été faite lorsque le praticien était une femme : dans ce cas, la mortalité était indépendante du genre du patient pris en charge. De ce fait, il semble bien que le problème ne concerne que les hommes médecins impliqués dans le traitement de patientes. Cependant cette différence de traitement des femmes était atténuée en cas d’exposition plus fréquente des hommes médecins à des femmes, qu’il s’agisse d’un nombre plus important de patientes traitées et de davantage de professionnels de santé de sexe féminin exerçant à leurs côtés. Ces constatations émanent d’une étude rétrospective et reposent sur une modélisation complexe, de sorte que leur réplication s’impose avant de les interpréter sans la moindre nuance. Il n’en reste pas moins qu’elles s’inscrivent dans les tendances observées dans d’autres études épidémiologiques.
Il n’est pas absurde que la concordance des genres entre médecin et patient ait un impact sur la prise en charge de l’IDM et de ses suites. A ce titre, une prise de conscience s’impose sans doute. Faut-il dès maintenant intégrer cette notion en augmentant la présence des femmes au sein des équipes médicales ? Faut-il aussi sensibiliser les hommes au fait que les maladies cardiaques ne sont pas que des conditions masculines ? Ces questions pertinentes méritent d’être prises en considération, mais il convient aussi d’approfondir notre approche du problème en cherchant les raisons contextuelles des disparités constatées, qui ne se limitent pas seulement au genre, compte tenu de la multitude des facteurs de confusion potentiels capables d’interférer avec les résultats. Les qualités des médecins intervenants, indépendamment de leur genre, en sont un bon exemple…
Dr Philippe Tellier

Greenwood BN et coll. Patient-physician gender concordance and increased mortality among female heart attack patients. Proc Natl Acad Sci U S A. 2018 ; 115 : 8569-8574.