BPCO et mortalité : l’influence du genre

BPCO et mortalité : l’influence du genre

Le genre n’est pas sans influer sur l’expression clinique et le pronostic de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Si la maladie affecte les deux sexes, il semble que sa prévalence augmente plus rapidement chez la femme jeune, du fait d’une inégalité face aux facteurs de risque, au premier rang desquels figure le tabagisme chronique. La progression du syndrome obstructif est volontiers accélérée, tandis que la dyspnée est souvent plus sévère et les poussées évolutives plus fréquentes. Les troubles anxieux et dépressifs sont également plus fréquents dans le sexe féminin. Plusieurs études longitudinales ont mis en évidence une association entre l’importance des symptômes et le pronostic de la maladie à long terme, sans que le genre soit pour autant formellement impliqué en tant que facteur de gravité.

Une étude française

Une étude de cohorte prospective française a inclus 177 femmes et 458 hommes appariés selon l’âge (par intervalles de 5 années) et le VEMS (par intervalles de 5 %), tous atteints d’une BPCO avérée. La mortalité à 3 ans et les taux de survie ont été évalués au moyen d’une analyse multivariée par régression logistique multiple.
A âge voisin et syndrome obstructif bronchique similaire, la dyspnée était plus sévère chez la femme que chez l’homme et l’anxiété plus fréquente, l’indice de masse corporelle, pour sa part, étant plus bas. En revanche, la mortalité à 3 ans était comparable dans les deux sexes, respectivement de 11,2 % chez les hommes et de 10,8 % chez les femmes. L’analyse multivariée a confirmé que le genre n’était pas prédictif de la mortalité, à la différence de la dyspnée et de la malnutrition qui étaient significativement associées à cette dernière.
En conclusion, chez la femme atteinte d’une BPCO, la dyspnée apparaît plus intense et l’anxiété plus fréquente que chez l’homme, à âge et VEMS égaux. Cette différence n’a cependant pas de signification pronostique, la mortalité à 3 ans étant identique dans les deux sexes. Des résultats qu’il faut néanmoins interpréter avec réserve, dans la mesure où ils émanent d’une étude de type cas-témoins.

Dr Philippe Tellier

Zysman M et coll.  Relationship between gender and survival in a real-life cohort of patients with COPD. Respir Res. 2019. Publication avancée en ligne le 22 août. doi: 10.1186/s12931-019-1154-3.

Partager l'article :