Anémie constatée chez les donneurs de moelle osseuse

Anémie constatée chez les donneurs de moelle osseuse
Le don de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) se fait par prélèvement de moelle osseuse chez le donneur. Cet acte invasif peut parfois être la cause d’effets secondaires comme l’anémie. Quelles mesures permettent de diminuer le risque d’anémie lié au don de moelle osseuse ?

Le prélèvement de moelle osseuse permet de recueillir des cellules souches hématopoïétiques (CSH) en vue d’une allogreffe. La technique a peu changé depuis sa description initiale en termes de modalités, de précautions et de finalité. Selon les recommandations en vigueur, il importe de minimiser les risques et les désagréments auxquels le donneur est exposé, en premier lieu la douleur et l’anémie. Cependant, l’incidence de cette dernière et les variables qui permettent de la prédire sont imparfaitement connues, en sachant que la moelle osseuse est la meilleure source de CSH en cas de greffe médullaire réalisée en l’absence de pathologie maligne.
Une étude rétrospective s’est attachée à préciser la fréquence des anomalies de la numération formule sanguine (NFS) avant le prélèvement de moelle osseuse et les facteurs associés à une anémie éventuelle détectée après le prélèvement de CHS. L’analyse a porté sur 80 adultes donneurs de moelle explorés dans un seul centre spécialisé.

Des anomalies de la NFS ont été mises en évidence chez 28 % des participants avant tout prélèvement médullaire, près d’une fois sur deux (13 %) sous la forme d’une anémie normocytaire. La réduction des taux d’hémoglobine (Hb) du donneur étaient corrélées, indépendamment des autres variables, à la baisse de la concentration de lymphocytes CD34+/kg de poids corporel du receveur. Après le prélèvement, une anémie (Hb <100 g/l) a été observée chez 20 % des donneurs, la diminution des taux d’Hb étant de 19 g/l (valeur médiane). Les variables indépendantes associées à cette anémie postérieure au prélèvement de moelle étaient les suivantes : (1) rapport entre le poids du donneur et celui du receveur (p=0,011) ; (2) volume de moelle osseuse collecté élevé (p=0,044) ; (3) sexe féminin (p=0,023). De plus, les concentrations totales de cellules nucléées et de CD34 au sein du produit final étaient inversement associées volume de moelle osseuse récolté (p<0,001).  
Dans la mesure du possible, il convient de corriger une anémie éventuelle chez un donneur de moelle osseuse, tout particulièrement quand il s’agit d’un sujet de sexe féminin. Le volume de moelle osseuse collecté devrait être minimisé afin de diminuer le risque d’anémie chez le donneur et d’optimiser le nombre de cellules CD34+, et aussi d’augmenter la concentration de cellules nucléées et de cellules souches dans le produit final destiné à l’allogreffe.


Dr Philippe Tellier

Getta BM et coll. Pre- and post-bone marrow harvest anaemia is associated with lower CD34+ stem cell collection, high harvest volume and female gender. Intern Med J. 2019.Publication avancée en ligne le 5 juillet. doi: 10.1111/imj.14419.

Partager l'article :