Allergie chez la femme : la campagne mieux que la ville ?

Allergie chez la femme : la campagne mieux que la ville ?

Les symptômes allergiques surviennent dès lors que le système immunitaire fait preuve d’une hyperréactivité à divers allergènes, tels le pollen ou la poussière. Des réactions plus ou moins sévères peuvent être déclenchées par l’exposition à ces derniers chez les sujets sensibilisés. Cela va d’une gêne fonctionnelle capable d’interférer avec les activités de la vie quotidienne à des complications plus rares, mais graves, qui peuvent mettre en jeu le pronostic vital. La prévention des allergies relève clairement du domaine de la santé publique et de la recherche épidémiologique. A la lueur de cette recherche, il a été suggéré il y a près de 30 ans que chez les enfants vivant dans une ferme pratiquant l’élevage du bétail, la prévalence de l’asthme était nettement plus faible que dans la population générale. Une hypothèse est née de cette constatation : l’exposition précoce aux allergènes pathogènes pendant l’enfance éviterait au système immunitaire de développer, par la suite, des réponses inappropriées à des allergènes par essence inoffensifs. Le fait de résider en milieu urbain aboutirait à l’effet inverse. Les études réalisées au cours des deux dernières décennies ont confirmé ces hypothèses en révélant que chez les enfants vivant dans des fermes d’élevage, la prévalence de l’asthme, des sensibilisations diverses, de l’atopie et du rhume des foins était moindre que ceux résidant en milieu urbain. Cette association est-elle retrouvée chez l’adulte, même à un âge tardif ? Rares sont les études qui permettent de répondre à cette question, ce qui fait tout l’intérêt d’une vaste étude de cohorte prospective réalisée aux Etats-Unis. Il s’agit de l’IWHS (Iowa Women's Health Study) dans laquelle ont été incluses 25 393 femmes âgées de 55 à 69 ans. L’objectif a été en effet de rechercher une relation entre le lieu de résidence et la prévalence de diverses manifestations allergiques.  

Asthme, rhume des foins et symptômes cutanés moins fréquents

Des questionnaires exhaustifs ont permis de recueillir le plus d’informations possible sur les points suivants : (1) caractéristiques socio-démographiques et anthropométriques ; (2) antécédents médicaux ; (3) mode et hygiène de vie ; (4) comportements et habitudes alimentaires pour ne pas négliger les allergènes de cette origine ; (5) allergies éventuelles de quatre types : asthme, rhume des foins, allergie cutanée ou autre ; (6) lieu de résidence (en 1986) prenant en compte notamment le milieu urbain ou rural ainsi que le nombre d’habitants de l’endroit. Une analyse multivariée par régression logistique multiple a permis de déterminer les facteurs de risque associés à l’allergie et de calculer les odds ratios (OR) correspondants avec leurs intervalles de confiance à 95 % (IC), en intégrant le lieu de résidence. Par rapport aux femmes résidant dans des villes de plus de 10 000 habitants, celles vivant dans des fermes, à la campagne ou dans des villes plus petites, ont été moins souvent victimes de phénomènes allergiques. C’est le cas des allergies considérées globalement, l’OR (ferme versus ville >10 000 habitants) étant alors estimé à 0,72 (IC : 0,66-0,78). C’est le cas aussi de tous les types d’allergie, incluant : (1) l’asthme, avec un OR de 0,87 (IC : 0,75-1,00) ; (2) le rhume des foins (OR : 0,77 ; IC : 0,69-0,88) ; (3) les allergies cutanées : OR : 0,76 (IC : 0,68-0,86) ; (4) les autres allergies (OR : 0,76 ; IC : 0,68-0,86). Cette étude de cohorte prospective plaide ainsi en faveur d’une association significative entre le lieu de résidence et le risque d’allergie chez la femme adulte. Le fait de vivre à la campagne ou à la ferme protégerait quelque peu de nombreuses allergies, comparativement à la vie citadine. Ce résultat observé à l’âge adulte tendrait à corroborer les constatations voisines faites chez l’enfant dans les études de ces deux dernières décennies. Dr Philippe Tellier Patel NP et coll. Urban versus Rural Residency and Allergy Prevalence among Adult Women: Iowa Women's Health Study. Ann Allergy Asthma Immunol 2018. Publication avancée en ligne (6 avril). doi: 10.1016/j.anai.2018.03.029.    

Lire aussi :

29/5/2018
Source

Partager l'article :