Algies vasculaires de la face : une présentation un peu différente selon le sexe

Algies vasculaires de la face : une présentation un peu différente selon le sexe
Les femmes ne sont plus épargnées par l’algie vasculaire de la face, mais sa présentation en est un peu différente de celle des hommes.

Les algies vasculaires de la face étaient considérées classiquement comme une pathologie plutôt masculine. Au fil du temps, il semble toutefois que le ratio homme/femme se réduit, passant du ration 5-7/1 décrit il y a 40 ans au ratio de 2-3/1. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour tenter d’expliquer ce changement :  amélioration de la précision du diagnostic, changements sociétaux gommant les différences entre les sexes en termes d’environnement ou d’habitudes (stress, alcool, tabac, etc.).

Si la valeur du ratio H/F s’atténue, il semble persister des différences entre hommes et femmes dans la présentation clinique de l’algie vasculaire de la face. Certains travaux ont en effet suggéré que les femmes présentent plus souvent que les hommes des symptômes s’apparentant à la migraine, au cours des épisodes aigues d’algie vasculaire de la face.

Une équipe italienne s’est intéressée à la question et a enrôlé 163 hommes et 87 femmes suivis dans un centre spécialisé. Les participants devaient répondre à un questionnaire ciblant la présence de symptômes migraineux et, pour les femmes, la relation entre la survenue des algies vasculaires et les évènements de leur vie reproductive.

Les données recueillies ne confirment pas de différence significative de fréquence des symptômes de migraines au cours des épisodes aigus, entre hommes et femmes (73,6 % chez les femmes, 65,6 % chez les hommes). Certaines différences apparaissent toutefois. En effet, les nausées et l’osmophobie sont plus souvent signalées par les femmes. Le ptosis et la congestion nasale sont prédominants chez les femmes, alors que les hommes décrivent plus souvent un gonflement de l’artère temporale. Si la localisation classique de la douleur dans le territoire du trijumeau est décrite par tous les patients, les femmes relatent toutefois des douleurs plus diffuses, s’étendant plus souvent vers la région zygomatique, pariétale ou frontale, et durant plus longtemps que chez les hommes.

L’âge moyen de survenue des algies vasculaires de la face est le même dans les deux sexes. Mais les femmes font un lien entre cette survenue et des évènements de leur vie reproductive, par ordre de prévalence : la ménopause, la puberté, la grossesse ou le post-partum et la contraception hormonale. Ceci suggère un rôle possible des hormones dans la pathogénie de l’algie vasculaire de la face. Des co-morbidités, comme une pathologie thyroïdienne ou un trouble psychiatrique sont plus souvent associées chez les femmes, alors que le tabagisme est plus présent chez les hommes.

Les données recueillies au cours de cette enquête confirment une grande similarité phénotypique entre l’algie vasculaire de la face et la migraine chez la femme. Elles contribueront sans doute à une meilleure compréhension de la pathophysiologie de la maladie, ainsi qu’à une amélioration du cadre diagnostic et de la prise en charge.

Dr Roseline Péluchon

Allena M. et coll. : Gender Differences in the Clinical Presentation of Cluster Headache: A Role for Sexual Hormones? Front. Neurol. 10:1220. doi: 10.3389/fneur.2019.01220. eCollection 2019.

Partager l'article :