< Toutes les paroles d'experts

Dr Anne Prudhomme

L'asthme chez la femme

L’incidence de l’asthme dans l’enfance est plus faible chez les filles que chez les garçons, avec inversion de la courbe d’incidence à partir de la puberté. L’incidence de la maladie asthmatique s’avère ensuite plus élevée chez les filles que chez les garçons.  
La survenue de l’asthme chez les femmes répond à plusieurs raisons, avec notamment les bouleversements hormonaux à la puberté, au moment de la grossesse et de la ménopause.
L’asthme prémenstruel survient dans 30 % des cas chez une femme en période d’activité génitale, avec perturbation de l’état respiratoire, voire aggravation très sévère dans les jours précédant les règles ou le premier jour des règles.
Au cours de la grossesse, ce sont souvent chez les femmes ayant un asthme sévère que surviennent les formes sévères d’aggravation de la maladie. Huit à 9 % des femmes enceintes voient leur asthme déstabilisé.
Le manque de communication entre les professionnels de santé qui s’occupent des femmes enceintes expose à un « non-contrôle » de l’asthme dans la moitié des cas, avec arrêt du traitement de base par corticoïdes inhalés, par crainte du traitement émise par la femme ou le professionnel de santé.
Les femmes qui débutent un asthme à la ménopause ont une forme plus sévère de la maladie.