Baromètre santé des femmes

A âge et diplôme égaux, le niveau de bien-être et de qualité de vie des femmes est nettement inférieur à celui des hommes.

1. Les femmes se perçoivent en moins bonne santé que les hommes

Plus les femmes sont jeunes (

Etat de santé perçu

(Mauvais état de santé vs Bon état de santé ; Femmes vs Hommes):

2. Des handicaps fonctionnels dans la vie quotidienne plus importants chez les femmes

  • 36,1% des femmes contre 31,4% des hommes déclarent être limités pour effectuer les activités courantes depuis au moins 6 mois.
  • La différence s’accentue chez les plus de 45 ans puisque ces difficultés à gérer le quotidien concernent 41,1% des femmes contre 35,2% des hommes.

3. Si les femmes sont peu satisfaites de leur vie de couple elles ont tendance à se déclarer plus satisfaites de leur vie sexuelle

  • Globalement, les femmes n’ont pas la vie de couple épanouie dont elles rêvent!
    Alors que les femmes les plus jeunes semblent plus satisfaites que les hommes, l’insatisfaction féminine apparaît nettement après 30 ans, lorsqu’aux tâches de la vie professionnelle s’additionnent celles de la vie familiale.

Satisfaction vie de couple

(Satisfaction vs Non satisfaisante ; Femmes vs Hommes)
Note : parmi les volontaires ayant déjà eu des rapports sexuels. Satisfaction regroupe les modalités Très satisfaisante/Satisfaisante et Non satisfaisante, Pas du tout satisfaisante/Pas très satisfaisante.
Source: Cohorte CONSTANCE-2017-Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé.
  • Faire l’amour : globalement femmes et hommes éprouvent la même satisfaction.
    A noter cependant que le plaisir chez les jeunes femmes (18-29 ans) semble plus au rendez-vous que chez leurs homologues masculins.
  • Si les femmes ont très nettement moins souvent des rapports sexuels que les hommes, on observe une plus grande liberté chez elles avant 30 ans. Ce constat pointe du doigt un problème sociétal non résolu à ce jour. La femme doit en effet mener de front plusieurs vies  (familiale – qui concerne aussi bien les ascendants que les descendants, professionnelle, sociale…) qui ne laissent pas toujours la place à un épanouissement total !


Avoir eu des rapports sexuels au cours du derniers mois
(Oui vs Non ; Femmes vs Hommes)

Note : parmi les volontaires ayant déjà eu des rapports sexuels.
Source : Cohorte CONSTANCES-2017- Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé.

fréquence des rapports sexuels

 

*Intervalle de confiance à 95% obtenu par la méthode de profil de la vraisemblance (profile likelihood confidence limits).
NS Intervalle de confiance comprenant 1 (odds-ratio non significatif).
† Chez les personnes ayant déjà eu des rapports sexuels au cours de leur vie cette question (p=0.24).

Fréquence des rapports sexuels au cours du dernier mois
(Femmes vs Hommes; référence: Aucun rapport)

Note : parmi les volontaires ayant déjà eu des rapports sexuels
Source : Cohorte CONSTANCES-2017- Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé.

frequence rapport sexuels par tranche d'âge

 

  • Près de 4 femmes sur 10 ressentent des douleurs au cours des rapports sexuels
    – Parmi les 21715 femmes ayant eu des rapports sexuels et ayant accepté de répondre à la question, 36% déclarent souffrir de dyspareunies.
    – Comparativement aux femmes de 60 ans et plus, les jeunes de moins de 30 ans ont un risque de dyspareunie près de deux fois plus élevé (OR : 1,80 ; IC : 1,62-2,00).
    Ces douleurs semblent en effet s’estomper avec l’âge.
    – Le niveau d’éducation (diplôme obtenu) n’influence pas le risque de dyspareunie.
douleurs rapports sexuels
douleurs rapports sexuels âge

 

Douleurs ressenties au cours des rapports sexuels chez les femmes

(Oui vs Non; Référence de l’âge: 60 ans et plus)

douleurs au cours des rapports sexuels chez la femme

Note : parmi les volontaires ayant déjà eu des rapports sexuels.

La modalité Oui regroupe les modalités Parfois, souvent et toujours et la modalité Non, jamais ou exceptionnellement.

Source : Cohorte CONSTANCES-2017 Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé.

  • Dans plus de 70% des cas, les dyspareunies ont un impact sur les rapports sexuels, en particulier chez les plus jeunes et chez les plus âgées, les rendant difficiles, voire impossibles.
    Ces données ne varient pas quand on tient compte du diplôme.

 

Retentissement-douleurs rapports sexuels

 

Retentissement-douleurs rapports sexuels âge

 

Retentissements des douleurs sur les rapports sexuels chez les femmes

(Rapports sexuels impossibles vs Pas de génie ; Référence de l’âge: 18-29 ans)

Retentissement-des-douleurs-rapports

Note : parmi les femmes ayant déclaré avoir des douleurs au cours des rapports sexuels

Source : Cohorte Constances-2017-Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé

4. Des troubles du sommeil plus fréquents et plus sévères chez les femmes quel que soit l'âge

  • 93,8% des femmes contre 88,4% des hommes ont un sommeil altéré (OR= 1,97 ; 1,85-2,11).
  • Ce déficit de qualité du sommeil est plus prononcé chez la femme que chez l’homme puisque 61,3% d’entre-elles déclarent avoir subi 3 à 4 troubles au cours du dernier mois contre 50,1% des hommes (OR= 2,28 ; 2,13-2,43).
  • De plus, la différence entre femmes et hommes a tendance à s’accentuer avec l’âge (aggravation chez la femme et régression chez l’homme).
fréquence troubles du sommeil chez la femme

Avoir eu au moins un trouble du sommeil au cours du dernier mois

(Oui vs Non ; Femmes vs Hommes)

trouble-du-sommeil-dernier-mois-

Note : Les troubles du sommeil au cours du derniers mois ont été évalués à partir des 4 questions : avoir des difficultés à s’endormir, être réveillé(e) plusieurs mois par nuit, être réveillée (e) beaucoup trop tôt sans pouvoir se rendormir ou être réveillé(e) après une nuit de sommeil de durée habituelle en se sentant fatigué(e) ou épuisé(e). Un trouble du sommeil est considéré lorsqu’un volontaire déclare avoir eu, au moins un jour au cours du derniers moi, l’un des 4 troubles cités. Une personne ayant 0 trouble est un volontaire déclarant n’avoir eu aucun trouble du sommeil parmi les 4 troubles cités précédemment.

Source : Cohorte Constances 2017 Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé.

 

3 à 4 troubles du sommeil

(Oui vs Non ; Femmes vs Hommes)

 

Note : Les troubles du sommeil au cours du derniers mois ont été évalués à partir des 4 questions : avoir des difficultés à s’endormir, être réveillé(e) plusieurs mois par nuit, être réveillée (e) beaucoup trop tôt sans pouvoir se rendormir ou être réveillé(e) après une nuit de sommeil de durée habituelle en se sentant fatigué(e) ou épuisé(e). Un trouble du sommeil est considéré lorsqu’un volontaire déclare avoir eu, au moins un jour au cours du derniers moi, l’un des 4 troubles cités. Une personne ayant 0 trouble est un volontaire déclarant n’avoir eu aucun trouble du sommeil parmi les 4 troubles cités précédemment.

Source : Cohorte Constances 2017 Données issues des auto questionnaires d’inclusion mode de vie et santé.

5. Deux fois plus de migraineuses que de migraineux

  • A âge et diplômes égaux, 15% des femmes sont migraineuses contre 7,3% des hommes (OR= 2,19 (2,02-2,37)).
    Ce sont avant tout les jeunes femmes qui sont concernées (20,5% entre 18 et 29 ans contre 8,7% après 60 ans).
femmes migraineuses

6. La dépression affecte plus les femmes que les hommes

  • 27,8% des femmes contre 17,2% des hommes présentent des symptômes dépressifs (0R = 1,88 (1,80-1,97)).
  • Le risque de présenter un état dépressif chez les plus de 60 ans est deux fois plus élevé chez les femmes que parmi les hommes (OR= 2,34 (2,14-2,57)).
dépression affecte plus les femmes que les hommes

État dépressif

(Oui (score>=16) vs Non (score < 16); Femmes vs Hommes)

état dépressif répartition par âge

 

Note : Etat dépressif mesuré par le CES-D

Source : Cohorte CONSTANCES 2017 – Données issues des questionnaires médicaux.

 

  • Cette prédominance féminine de la dépression est objectivée par une prise de traitements plus fréquente.
    Quel que soit l’âge, le risque d’avoir recours aux médicaments pour dépression est deux fois plus élevé chez les femmes.
    L’usage de thérapeutiques augmente par ailleurs avec l’âge chez la femme.
depression traitée

Dépression traitée

(Oui vs Non ; Femmes vs Hommes)

dépression traitée hommes femmes

 

Source : Cohorte Constances-2017-Données issues des questionnaires médicaux d’inclusion

7. Le risque de tentative de suicide est d'une manière générale deux fois plus élevé chez les femmes

  • Cette différence est particulièrement nette chez les jeunes et chez les plus âgées.
tentative de suicide chez les jeunes

Tentative de suicide

(Oui vs Non ; Femmes vs Hommes)

 

tentative de suicide hommes femmes

Source : Cohorte Constances – 2017 – Données issues des questionnaires médicaux d’inclusion.

8.  Pour aller plus loin dans l'analyse, la synthèse de l'équipe Constances

L’originalité des résultats présentés est de considérer non pas un aspect particulier du bien-être mais un large éventail de symptômes, de problèmes de santé et de situations qui couvrent aussi bien la santé mentale, le vécu des personnes ou des problèmes de la vie courante. Il est frappant de constater que pour presque tous ces aspects, les femmes présentent un état de bien-être et une qualité de vie dégradés par rapport aux hommes. De plus le différentiel de qualité de vie des femmes par rapport aux hommes a bien souvent tendance à augmenter au fur et à mesure de l’avancée en âge.

Pour en savoir plus :
http://www.constances.fr
contact@constances.fr